Beautiful Escape: Dungeoneer

Alors aujourd’hui nous allons parler d’un jeu. Et pas n’importe lequel, un jeu Emo, bon peut-être n’est-ce pas sa caractéristique principal, mais toute de même regardez le héros :

avec un nom pareil…

N’est-il-pas totalement Emo ? Bon d’accord ce n’est pas forcément évident à sa tête mais vu qu’il passe à son temps à se plaindre que ses oeuvres ne sont pas franchement apprécié, (même s’il reconnait parfois que c’est à probablement à juste raison), et que son amour ne l’aime pas et est mille fois plus brillante que lui dans son domaine, n’est-ce pas typiquement Emo, Hein ?

Mais que fait-il donc ? Et bien il torture des gens. Un loisir partager par d’autres personnes que des dictateur en exil visiblement. Il existe même tout une communauté qui s’échange les vidéos sur internet de façon assez ouverte puisque tout le monde croit que ce sont des fakes.

Malheureusement, encore faut-il trouver des gens pour être torturer, et là rien que de tel que de papoter avec les gens en ville pour les attirer dans notre donjon.

Alors vous me direz tout ça, c’est super Emo et tout, mais comment ça marche en vrai ?

Et bien pour la partie « papotage » c’est du dating-sim assez classique on a le choix entre une demi-douzaine de potentiels victimes avec un léger texte explicatif en background qui explique sa vie et donne des indices sur les répliques à choisir.

Votre terrain de chasse !

Une fois attirer dans le donjon, commence les séances de torture proprement dite. La victime se retrouvera devant un chemin prédéfini, et sur ce chemin notre aimable tortionnaire va s’employer à déposer des pièges. Certains infligeront des blessures automatiquement tel le razoir. D’autre comme le chalumeau (mon préféré) demanderont au joueur une participation en appuyant sur les boutons pour infliger plus ou moins de souffrance. Le choix des instruments n’est pas aussi vaste que les fantasmes d’un personnage de Bret Easton Ellis le voudrait, mais on peut quand même varié les plaisir

Le but étant que la victime atteigne une limite psychologique et physique qui comme le titre l’indique est le « Beautiful Escape ». C’est une théorie assez compliqué que je n’ai pas bien compris au départ, mais je lisais dernièrement « La mer est arrivée à minuit » de Steve Erickson, et il était question d’un couple de pornographe qui voulait réalisé le premier fake-snuff movie, le problème étant de trouvé une personne suffisamment convaincante, chose peu évidence dans le milieu de la pornographie low-budget. Alors finalement ils trouvent une fille qui accepte de tourner un porno, mais plutôt que de la faire jouer le rôle attendu ils l’accroche à un crochet puis discute de la manière dont ils se débarrasseront du cadavre. Leur discussion permettant à la fille d’être totalement dans son rôle. Alors évidement  au fil du temps et de la popularité de la cassette, la police s’en mêle accuse les pornographes de meurtre. Mais nos deux crocheteurs réussissent heureusement à remettre  la main sur la jeune fille ; hélas  celle-ci est tellement traumatisé qu’elle ne réussi pas à porter des accusations suffisamment clair pour condamner ses deux kidnappeurs. Voilà un peu l’idée de la beautiful escape a mon avis.

Mais bon, moi, toutes mes victimes sont mortes, ce qui est le plus important car il faut éviter qu’elle ne sorte vivante sinon c’est game-over. Mais évité de les tuer top vite ! Car suivant certains crititères -surtout la durée des sévices infligés- les spectateurs trouveront la vidéo plus ou moins réussi ce qui aura un rôle important dans l’obtention de divers instruments de torture supplémentaire.

Si le principe peut sembler répétitif, le jeu est quand même très scénarisé (et même intéressant, voir surprenant) et se finit en moins d’une heure et démi en prenant son temps. Donc la lassitude ou comment dirait l’autre, la banalité du mal n’a pas vraiment le temps de s’installer.

Alors tout cela est certes très émo, mais est quand même assez bizarre, Qui choisit-on de torturer ? Par quel moyen allons-nous torturer la ou le pauvre type ? C’est le genre de question que l’on a assez peu l’occasion de se poser. Certain diront que tant mieux, mais tout de même c’est particulier et ça se trouve

Ce contenu a été publié dans Emo, Jeu. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Beautiful Escape: Dungeoneer

  1. yoda dit :

    génial ton blog, mec 😉

  2. Nicolau Chaud dit :

    Merci pour le blog! C’est vrai, ce jeu est tellement emo. Originellementil y aurait une affiche de Twilight dans la chambre de Verge. Tu as le plus interessant idée sur le beautiful escape. 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *