Comment réussir une épreuve de culture générale à un concours ?

Comment réussir une épreuve de culture générale à un concours ?

  • Post Author:
  • Post Category:Culture

Utilisée dans de nombreux concours de la fonction publique ou pour accéder à de grandes écoles, l’épreuve de culture générale reste très redoutée par une majorité de candidats. L’absence de programme de révision pour la réussir et la diversité des questions en sont la raison. Alors comment se préparer efficacement et mettre toutes les chances de son côté le jour J ? Voici quelques conseils.

Les différentes formes d’épreuves

Avant toute chose, il faut adapter sa préparation au format de l’épreuve. C’est un point clé pour réussir. N’hésitez donc pas à consulter l’arrêté précisant les modalités s’il s’agit d’un concours de la fonction publique ou à entrer en contact avec le service concours s’il s’agit d’une école.

Dans le cas de questions à réponses courtes, le plus stressant reste la nécessité d’avoir une idée précise de la bonne réponse. Vous n’aurez pas la possibilité de meubler car le correcteur s’en rendra forcément compte. De même si vous donnez une réponse complètement fausse.

S’il s’agit d’une épreuve avec un QCM, attention aux pièges. La plupart des concours ont en effet des points négatifs en cas de mauvaise réponse afin d’inciter les candidats à ne pas répondre au hasard. Parfois, deux réponses proposées peuvent aussi être très proches.

Enfin, l’épreuve peut être organisée sous la forme d’une dissertation sur un sujet de culture générale. Le plus difficile sera d’organiser vos idées à l’aide d’un plan. N’oubliez pas que ce plan doit aussi répondre à une problématique (qui n’est pas forcément l’intitulé même du sujet).

Varier les sources d’apprentissage

Contrairement à ce que l’on peut penser, améliorer sa culture générale en vue d’un concours ne passe pas uniquement par l’étude d’ouvrages spécialisés. D’ailleurs, ils peuvent rapidement démotiver le candidat compte-tenu de la quantité de notions inclues et présentées comme fondamentales.

L’idée est donc de varier les sources d’apprentissage en optant pour des méthodes variées et qui ne donnent pas toujours l’impression de travailler.

Par exemple, en visionnant des chaines Youtube dédiées à l’histoire ou qui proposent des reportages en immersion dans différents pays du monde. C’est un moyen ludique et idéal pour apprendre car cela ne demande pas une concentration importante et notre cerveau va forcément retenir des notions importantes.

Autre moyen, il existe des sites qui proposent de jouer à des quiz de culture générale. Ils se présentent sous la forme de 10 à 20 questions sur des thèmes variées et le score obtenu à la fin permet de créer un petit challenge. L’essentiel reste de jouer à des quiz qui donnent une courte explication à la fin car cela vous donnera probablement l’envie d’aller en apprendre davantage sur un thème en particulier.

Enfin, la lecture de romans peut être un excellent moyen d’apprendre de nouvelles choses. Il faut pour cela privilégier des romans historiques comme ce que propose Ken Follett ou Éric Marchal. Les personnages mis en scènes se retrouvent fréquemment au milieu de situations qui ont marqué l’histoire.

Dans tous les cas, il faut anticiper la préparation de l’épreuve. Tenter d’améliorer ses connaissances à deux semaines de l’examen ne servira à rien : non seulement vous serez dépassé(e) par la quantité de choses à apprendre, mais en plus vous ne retiendrez rien d’intéressant.

N’oubliez pas de réviser aussi les bases en géographie, en littérature, en art ou encore en histoire. Il y aura probablement des questions sur des sujets considérés comme maitrisés après une scolarité classique. Il serait donc dommage de perdre des points sur des questions prévisibles (date de la Vème République, oeuvres écrites par un écrivain en particulier etc…).

La clé c’est de rester curieux de tout et de ne pas forcément regarder un documentaire ou lire un livre dans l’unique but de vouloir améliorer sa culture générale.