Les Français, radins ou malins ?

Les Français, radins ou malins ?

  • Post Author:
  • Post Category:DIY

L’IFOP a publié il y a quelques mois une étude intitulée « Les Français sont radins et l’assument ». Cette étude des comportements, passionnante d’un point de vue sociologique est également extrêmement instructive pour tous les acteurs du commerce.

Radin ou Économe ?

Il faut pourtant débuter par une précision importante : à partir de quel moment est on radin ? L’exemple classique de celui qui oublie toujours ses moyens de paiement lorsqu’il sort en groupe ne prête pas à confusion. Mais qu’en est-il des millions d’entre nous qui font en sorte d’optimiser leurs dépenses ?

Dans les deux cas on cherche à dépenser le moins possible mais la majorité des Français n’est pas vraiment avare, ils ne refusent pas de dépenser de l’argent. Ils veulent simplement trouver les meilleures occasions, ne pas acheter au prix fort. Ils veulent « en avoir pour leur argent ».

L’objectif final c’est de tirer le maximum de ses ressources. C’est ainsi que 78% des Français passent du temps à chercher les bonnes affaires. Ils sont même souvent prêts pour cela à différer leurs achats.

Radin ou Malin ?

L’économie circulaire a le vent en poupe. Les vêtements, les objets, se revendent et s’échangent, augmentant leur durée de vie (voir un article ici sur les astuces pour bien vendre sur Ebay). Les systèmes de troc de compétences ou de services sont de plus en plus efficaces. Ils fonctionnent maintenant à la fois de manière locale mais également à distance.

De plus en plus de gens fabriquent eux même leurs produits cosmétiques ou d’entretien, optimisant le rapport qualité-prix de ce qu’ils utilisent. Plus généralement l’engouement pour le DIY (do it yourself) et le fait maison touche de plus en plus de secteurs de consommation courante. Il ne s’agit plus simplement de faire des guirlandes ou du scrapbooking mais de produire soi-même ses champignons, sa bière, ses vêtements, son énergie… De nombreux sites référencent ce qu’il est intéressant de Faire soi-même versus acheter. 

L’avenir des radins

C’est un fait, le contexte est favorable aux radins. Les comparateurs de prix sont partout. Les sites de vente d’occasion se multiplient et prennent de l’ampleur. Les voyagistes spécialisés dans les départs de dernière minute ou à prix cassés concurrencent sérieusement leurs ancêtres « classiques ». Les sites de réduction référençant les restaurant, les coiffeurs… fleurissent.

De nombreuses applications récentes sont le reflet de cette tendance. L’intérêt pour les bonnes affaires se conjugue au refus du gaspillage. Cela donne naissance à des systèmes de mise en relation de distributeurs à consommateurs pour brader les invendus plutôt que de les jeter.

L’effet pervers évident c’est que les fausses ristournes se multiplient. Plus les réductions affichées sont hautes plus les prix de base sont gonflés. C’est un phénomène bien connu au moment des soldes. Pourtant certains sites ont fait leur succès avec des coupons de services à – 80 ou – 90%. Mais le consommateur français, radin mais pas dupe, délaisse de plus en plus ces soi-disant sites de bonnes affaires. Il se méfie des événements comme le Black Friday.

Le radin 2.0

Le français, radin et malin, cherche, fouille, guette, traque. Il apprend à multiplier les sources, à vérifier. Si c’est moins net chez les plus de 50 ans qui éprouve plus de difficultés à s’approprier les recherches sur internet c’est pourtant très net chez les plus jeunes. Plus de 80% des moins de 25 ans cherchent systématiquement l’achat optimal.

Ainsi les Français développent un principe de méfiance et ne prennent pas le prix affiché comme une donnée acquise. Finalement, ils ne veulent plus être des moutons, floués par la publicité et les distributeurs qui font des marges colossales. Serait-ce le début de la fin de la surconsommation ?